vendredi 18 septembre 2015

Happy Marriage T1



  • Auteur: Maki Enjoji
  • Editeur: Kazé Shôjo 
  • Résumé

Chiwa Takanashi, 22 ans, aucun petit ami connu, est une employée de bureau "presque banale"... 

Mais pour rembourser les dettes de son père, elle mène une double vie, travaillant le soir dans un bar à hôtesses. Un jour son secret est dévoilé et soudain... la voilà mariée !

Entre mariage de raison et sentiments contradictoires, Chiwa va découvrir du jour au lendemain les joies et les galères de la vie de couple !

  • Mon avis:

Pour ne pas risquer d'être déçue pour mon retour dans la catégorie des shojos j'ai décidé de m'en tenir aux avis que j'avais pu lire sur certains mangas et ai donc choisi de me plonger dans le premier tome de "Happy Marriage" par Maki Enjoji. Cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas détendu l'esprit et je dois dire que ce premier tome aura parfaitement rempli son rôle en matière de légèreté. 

Ainsi je me suis donc plongée dans un univers tout à fait sympathique et pétillant en compagnie de Chiwa et de Hokuto, contraint tous les deux de se marier du jour au lendemain. Je ne me suis pas attardée sur les raisons de ce mariage, étant donné que je les trouve totalement loufoques et carrément tirées par les cheveux, le but n'étant pas d'être cérébrale et souhaitant simplement passer un bon moment. 

Au final, laissant de côté réflexion et maux de tête, j'ai totalement été conquise par l'univers graphique de notre mangaka, les traits sont doux, les formes arrondies et  les personnages avenants. 

En plus d'adhérer au graphisme de cet univers, la magie de la simplicité a opéré puisque je me suis prise d'affection pour nos deux tourtereaux. On y suit donc Chiwa, une jeune femme haute en couleur, qui suscite chez nous des le départ des sentiments bienveillants.  Maladroite jusqu'au bout des ongles, humour bien taillé et absence de niaiserie font d'elle une héroïne de manga comme je les aime. Hokuto, quant à lui, remplit également tous les critères nécessaires: Charme indéniable, intelligence redoutable et caractère "compliqué" (c'est un euphémisme...) : Bref nous avons donc un "carton plein" pour nos deux personnages !

On suit donc ces derniers dans les premiers instants de leur vie à deux, premiers instants qui nous valent des beaux fous rires, qui nous ravissent lorsque cela devient plus sentimental et qui nous colle cette espèce de sourire niais tout au long de la lecture.

Sans vouloir m'étendre sur cette chronique, ayant envie de faire aussi simple et léger que ce premier tome, j'ai passé un très bon moment en compagnie de nos deux futurs (?) amoureux. L'auteur nous ravie par la qualité de ses dessins et par son histoire qui se déguste comme un bon chocolat chaud, un soir d'hiver, devant la cheminée. C'est certain que j'achèterai la suite et que je me la réserverai pour les moments de baisse de morale, histoire de se remettre un peu de baume au coeur :).

mercredi 16 septembre 2015

Respire



Auteur: Anne Sophie Brasme

Editeur : Le livre de Poche 

Prix: 5,10 euros

Résumé:

Charlène est une enfant comme les autres, qui vit sans trop se poser de questions, prend ce qu'on lui donne et ne demande rien. Elle habite un immense appartement à Paris avec ses parents, pas très aimants ni très amoureux.

Charlène souffre: elle est asthmatique, se sent incomprise, mal aimée. Avec l'entrée au collège commencent de longs mois difficiles, de solitude et d'attente. Jusqu'à l'arrivée de Sarah, brillante, magnétique. Une amitié naît, qui pour Charlène est un don inespéré de la vie, un émerveillement. Avant les petites déceptions, les souffrances, la passion lui le désespoir.

Une roman d'une vérité hallucinante écrit par une femme fille de 17 ans.

Mon avis:

Pour mon grand retour sur la blogosphère j'ai absolument voulu commencer par chroniquer  un "roman coup de fouet": Respire de Anne Sophie Brasme. Il faut savoir que la première édition de cette oeuvre date de 2001 et qu'elle avait notamment reçu le prix du premier roman de l'université d'Artois et qu'à l'époque, comme l'énonce le résumé, l'auteur n'était âgée que de 17 ans. Aujourd'hui si l'on suit son parcours on ne s'étonne pas de voir notre chère écrivaine sur les bancs de la Sorbonne... du point de vue, bien sûr, du professeure agrégée de lettres modernes. 

Ce roman, qui avait déjà eu un très beau succès à l'époque, a eu l'honneur de bénéficier d'une nouvelle tribune grâce à son adaptation cinématographique de Mélanie Laurent (que j'ai d'ailleurs refusé de voir avant de lire le bouquin). Autant vous dire que cette oeuvre est, pour moi, un véritable coup de poing. Chaque parole m'a bouleversé et je n'ai pu lâché l'ouvrage avant de l'avoir terminé.

L'auteur y aborde des thèmes très délicats, dont l'amitié, l'amour, la recherche d'une "raison de vivre"..., dans cette période charnière qu'est l'adolescence. On suit donc sur plusieurs années le point de vue de Charlène,  jeune fille qui voit se dérouler sa vie sans en apprécier la saveur. Ce personnage m'a véritablement heurté l'esprit puisque je retrouve dans son caractère, dans son rapport à l'existence, cette espèce de mélancolie, de tristesse que nous sommes relativement tous amené à ressentir au moins une fois dans notre vivant. 

Dès lors je me suis identifiée à Charlène, malgré les actes qu'elle pourra mener et tous les reproches qu'on peut lui faire, qui m'est apparue comme la traduction des paradoxes de notre époque : c'est à la fois une jeune intelligente qui mobilise son esprit pour s'interroger sur la vie mais à la fois une jeune fille sensible, évoluant dans un environnement familial morne sans être désagréable, subissant une société individualiste qui la pousse (comme nous tous également) à trouver une raison d'être, un but, sous peine de tomber dans l'anonymat.

Et voici que débarque Sarah, charismatique au possible, dans la vie de Charlène au moment où celle ci commençait à tester les limites de sa vie. Une relation amicale débute entre les deux jeunes filles jusqu'à ce que Sarah devienne la plus "fidèle" amie de Charlène. Cette première est un personnage très "brutale", c'est une dominante qui connait ses qualités, sait jouer de ces défauts et se saisir des opportunités qui s'offrent à elle. Au final nos deux acteurs forment un duo totalement antinomique et on se doute que seul le brasier pourra résulter d'un tel assemblage. 

L'amitié entretenue entre les deux jeunes filles nous bouleverse, amitié obsessionnelle qui tel un tsunami ravage tout sur son passage. Tout au long de leur relation les deux jeunes filles nous apparaissent comme prisonnières d'une amitié qu'elles ne contrôlent plus. On hurle contre elles, on s'agite, on se demande si une telle situation est possible et l'effroi s'empare de nous lorsqu'on prend conscience que certains des rapports décrits dans l'ouvrage ne nous sont pas aussi inconnus que cela.  

Ainsi on assiste, impuissant, à la conclusion du roman que nous connaissons depuis le début de l'oeuvre mais qu'on s'évertue à nier tout au long de notre lecture. Assister à un tel déchainement de violence psychologique et physique entre les deux personnages est très lourd à supporter pour le lecteur et je dois dire que cela m'en a coupé le souffle à plusieurs reprises. J'ai notamment ressenti une très  grande culpabilité, lors du dénouement, lorsque je me suis mise à partager les sentiments et les émotions de Charlène après qu'elle ait effectué son acte. En clair l'auteur nous amène habilement à nous remettre en question, à défier nos préjugés et à nous confronter à un "moi" que nous ne voulons pas forcément reconnaitre.

Aussi dans l'analyse du rapport Charlène/Sarah j'ai eu l'impression de retrouver un rapport de force que l'on peut retrouver dans les sociétés contemporaines : celui entre le faible et le fort.  Dès lors au delà de nous conter l'histoire d'une amitié obsessionnelle Anne Sophie Brasme nous éveille et nous questionne sur la réalité des rapports entre les individus de notre société. 

Je finis cette chronique, que j'aurai eu beaucoup de mal à construire tellement les émotions ont été vives et spontanées, en vous conseillant de vous jeter sur ce roman qui laissera, sans aucun doute, une trace indélébile dans votre esprit. Selon moi cette oeuvre de qualité mériterait qu'on la place au même rang que certains de nos plus grands classiques. 

mardi 15 septembre 2015

Retour en fanfare et plates excuses.





Bonsoir à tous !

Mille excuse pour mon absence prolongée, je suis consciente que cela ne se fait absolument pas en début de création de blog. Mais bon vous me pardonnerez (vous êtes obligés) puisque je vais bien me rattraper ! 

Ainsi après un déménagement éprouvant et une rentrée en M1 (tout aussi fatigante) je redémarre sur les chapeaux de roue en espérant pouvoir vous présenter les nombreux ouvrages que j'ai pu lire depuis que je vous ai quitté (oui je n'ai pas chômé de ce côté là ;) )

Au programme plusieurs contemporains dont "Ma vie ne sait pas nager" de Elaine Turgeon,  "Respire" de Anne Sophie Brasme ou encore un petit bouquin bien sympathique "Ancien malade des hôpitaux de Paris" de Daniel Pennac. De même j'ai à vous présenter pas mal de manga dont la suite de "A silent Voice" ainsi qu'également l'incontournable "Happy Marriage" de Maki Enjoji. Et bien sûr une jolie pile de bit-lit et de fantastique n'attend que d'être chroniquée avec en entrée "L'héritage des rois passeurs" de Manon Fargetton ou encore "La ménagerie de papier" de Ken Liu !

Du côté des acquisitions mon portefeuille n'a également pas chômé, à mon grand désarroi, puisque j'accueille dans ma bibliothèque des lectures figurant dans ma wish-list ("Insaisissable" de Tahereh Mafi, "Le Joyau" de Amy Ewing ), et d'autres achats compulsifs, notamment l'intriguant "Le Testament de Jessie Lamb" de Jane Rogers. Actuellement je me détend l'esprit et craque complètement pour Riker de "Vampire Nation', de Larissa Ione, dont je vous parlerai très prochainement. 

Cette petite énumération n'est, bien entendu, pas exhaustive et je vous réserve bien d'autres lectures. 

Je vais avoir pas mal de boulot entre les ouvrages à lire pour les cours et les lectures pour le blog cependant je vais essayé de garder un rythme continu de deux chroniques par semaine. Aussi je vous donne rendez vous demain soir pour la reprise officielle du blog ! :)

(PS: Voici un petit sac en toile , que l'on m'a donné avec des bouquins, pour lequel je craque complètement, vous comprenez pourquoi non :P ? )